Alimentation du cheval

Nutrition



Le cheval est un herbivore. Il ne peut vivre sans fibre. La base de son alimentation doit être constituée de fourrage (herbe/foin). Ceci doit représenter au minimum 50% de sa consommation journalière totale.                                                                                                                      
Il consomme un poids de ration total journalière équivalent à 2 à 3% de son propre poids.
Les granules ou muesli ne sont en aucun cas un substitut aux fibres !

Bien que les besoins du cheval dépendent de son âge, de sa taille, de son poids, de l'intensité du travail etc..., il a cependant certaines régles qu'il est conseillé de respecter lors de l'alimentation de son compagnon :

  1. Le cheval a un petit estomac, le système digestif du cheval est conçu pour manger souvent mais peu à la fois. En prairie, les chevaux passent 80% de leurs temps à chercher de l'herbe. Il faut donc leur donner des petites quantités et souvent. Pour un cheval en permanence au box, prévoir 3 repas par jour, plus c'est mieux.                                                                                        
  2. Essayer de respecter l'ordre suivant : eau, fourrage et enfin les aliments. Ceci à 20 minutes d'intervalle. Le fait de donner du fourrage avant les aliments élaborés va favoriser la production de salive et ainsi faciliter la digestion.                          
  3. Le cheval doit toujours avoir à sa disposition de l'eau fraîche à volonté.                                                                                                          
  4. Le cheval a des intestins fragiles, chaque changement de ration doit donc se faire progressivement. La transition doit se faire dans un délai de 8 jours minimum. Eviter également les changements brutaux des quantités.                                                   
  5. Laisser une pierre de sel à disposition.                                                                                                                                                             
  6. Donner les rations appropriées au besoin du cheval.                                                                                                                                      
  7. Par temps froid, ou exposé à un temps humide et venteux, augementez la ration.


Les besoins alimentaires du cheval

Les chevaux ont des besoins alimentaires qui varient avec la race, le sexe, l'âge et surtout l'activité et le poids.

Les besoins énergétiques

L'énergie est apportée au cheval par les fourrages, l'amidon, les sucres et les matières grasses.
Elle est calculée en UFC (Unité Fourragère Cheval).

1 UFC = 2200 Kcal (Equivalent à l'énergie digestible d' 1kg d'orge)

Pour les besoins de base d'un cheval :

Energie = 0.85 UFC/100 kg poids vif

Les besoins protéiques

Les protéines sont apportées par les fourrages, céréales, les plantes protéagineuse (pois) et oléagineuses (soja, tournesol, lin).
Ces matières azotées garantissent la constitution des tissus, donc des muscles.
Elle est calculée en MADC (Matière Azotée Digestible Cheval)

Pour les besoins de base d'un cheval :
Azote = 60 g MADC/100 kg poids vif ou 70 g par UFC

Les besoins en minéraux et vitamines

Nécessaire et essentiel dans la constitution de l'organisme et dans la régulation des échanges cellulaires.
Il y a chez le cheval des besoins en macroéléments (calcium, phosphore, sodium, potassium, magnésium, souffre) et en oligo-éléments (fer, cuivre, zinc, cobalt, sélénium, iode).


Les vitamines jouent également un rôle trés important dans l'équilibre nutritionnel.
Il y a les vitamines liposoluble (A, D, E, K) et les vitamines hydrosolubles (B, PP, C, Inositol, Choline).

Le rapport phosphocalcique

C'est le rapport entre le phosphore et le calcium. Il doit être compris entre 1 et 2.
La ration totale doit donc jamais contenir plus de phosphore que de calcium au risque d'affectation osseuses.

Pour les besoins de base d'un cheval :
Rapport Ca/P = 1.4
Rapport MADC/UFC = 75 g


A ces besoins de base, il faut éventuellement ajouter les besoins de production en cas de travail musculaire, lactation, reproduction etc...